Au pays d'Ori

02 mars 2015

Petites choses arrivées chez moi #50

Ma nouvelle table basse shoppée sur La Redoute avec mon vieil Artbook Sailon Moon, je veux retourner au Japon pour acheter pleins de goodies sur la série!
DSC06200

DSC06199

Plusieurs craquages chez Maison du monde, une bougie, un coussin, un oiseau...
DSC06189

Un coussin lune Monoprix, un masque panda H&M.
DSC06210

Un aimant Jiji le chat de Kiki la petite sorcière, assorti à ma peluche à l'expo Ghibli.DSC06220

Une nouvelle coque étoilée.
DSC06155


01 mars 2015

Fin du Livre des lunes

978201202355019 Lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl, Hachette / Black Moon
Voici le quatrième et dernier tome de la saga 16 Lunes. Ethan s'était sacrifié à la fin du tome précédent pour sauver le monde des Mortels et des Enchanteurs, or, au début de ce tome, ses proches refusent d'accepter sa mort et vont tout faire pour le ramener, encore une fois, à la vie. Coincé entre les deux mondes, Ethan est prêt à tout pour revenir et retrouver Lena.
Ce tome vient conclure la série, mais c'est malheureusement le tome de trop, c'est bien simple, tout du long, ça m'a fait penser aux épisodes interminables de Dragon Ball Z, dans lesquels Sangoku, tout comme Ethan, erre sur le chemin du dragon tout en cherchant à rejoindre le paradis et en affrontant épreuve, sur épreuve, au cours du chemin. On retrouve donc dans deux parties du livre (sur trois!) les mêmes errements linéaires et plats d'Ethan, les épreuves se suivent et se ressemblent, on s'ennuie beaucoup donc. C'est seulement dans la partie consacrée aux autres qui sont restés sur terre que mon intérêt s'est éveillé, enfin on retrouve nos personnages préférés, on rit, on tremble, même si les épreuves apparaissent beaucoup trop faciles.
Une fin en demi teinte donc, je vous conseille plutôt le spin-off consacré à Ridley et Link.

Posté par Orichan à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 février 2015

"The thing that haunts me the most are all the guys I couldn't save. "

570218American Sniper de Clint Eastwood
Histoire vraie de Chris Kyle, jeune américain, frappé psychologiquement par les attentats du 11 septtembre qui décide alors de s'engager dans l'armée pour défendre son pays. Membre de la Navy seals, il sera envoyé en Irak comme tireur d'élite, où il deviendra "The legend" un sniper redoutable qui va tuer un nombre incalculable d'hommes.
On a reproché beaucoup de choses au film, sélectionné mais boudé par les oscars, pourtant, même si dernièrement, Clint et moi, on était fâchés, je ne suis pas d'accord.
On lui a reproché d'abord le manque de réflexion sur l'intervention des États-Unis en Irak, et pourtant si on regarde bien le film, il y a bien une critique sous-jacente, pas chez le personnage principal, mais chez ses camarades et son frère qui peu à peu perdent la foi, et ne retiennent que les traumatismes de la guerre, ils veulent que ça s'arrête, et c'est bien une condamnation de la guerre qu'on voit là. D'autre part, on a reproché à Clint de ne pas prendre de distance avec un personnage controversé, et là encore, je trouve la critique injuste, les défauts du personnage sont bien mis en avant, son syndrome du messie, son absence de regrets, mais on s'aperçoit que c'est une façade, il a bien été traumatisé, il revient avec un choc post-traumatique, et il ne peut que se raccrocher à son patriotisme fanatique pour s'en sortir, on voit bien la faille, quand il retrouve un soldat qu'il a "sauvé" et qu'il ne réussit qu'à aligner des "ah aaaah" quand l'autre chante ses louanges.
American Sniper est un film qui fait réfléchir, je me suis toujours demandé comment j'aurais réagi si le 11 septembre s'était passé chez moi, ça m'a terriblement bouleversée, mais quand c'est son propre pays qui est attaqué, je comprends les dérives vers lesquelles cela peut nous conduire. Le sujet peut sembler rébarbatif, mais la réalisation réussit à ne pas nous lasser, par ses ruptures constantes entre les passages de guerre avec souvent un faux calme apparent ou des scènes d'anthologie, le passage de la fusillade dans la tempête de sable notamment, et les retours à la lumière, au pays, où l'enfer ne disparaît pas.
A noter pour les fans de Bradley Cooper, c'est une masse dans ce film, mais il reste encore sexy, rassurez-vous!

Posté par Orichan à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 février 2015

Cocottes et tartares

Une nouvelle adresse sympa pour se restaurer dans le quartier des Halles, dans la rue du Cygne, se trouve le bien-nommé Leda, oui, oui référence au mythe tout ça, tout ça.
Pour les beaux jours, il y a une super terrasse, mais en attendant, il y a pas mal de place à l'intérieur, sur des banquettes confortables, et la déco est réussie. Et gros bonus, l'accueil est vraiment sympa.
DSC06135

DSC06134

Leda est un restaurant spécialisé dans les tartares et les cocottes, mais c'est très varié malgré tout. En semaine, un menu déjeuner est proposé Entrée + Plat ou Plat + Dessert pour 17€, c'est parfait, tous les plats ne sont pas proposés dans ce menu, mais en rajoutant quelques euros, c'est possible de choisir ce que l'on souhaite.
DSC06133

Nous avons opté pour des cocottes, le Suprême de poulet aux épices cajun, j'ai adoré, même si je suis une chochotte du piment et l'épaule d'agneau confite. Tous les plats sont servis avec un accompagnement riz, ratatouille ou pomme de terre.
DSC06136

Et en dessert, nous avons dévoré le moelleux au chocolat, et la cocotte de brioche perdue, une tuerie.
DSC06138

Leda, c'est donc une adresse très sympa que je vous recommande dans le coin.

Ouvert du mardi au samedi de 12h à15h et de 18h à 22h30. Brunch le dimanche 12h-15h.

Leda
12 rue du Cygne
75001 Paris

Posté par Orichan à 18:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2015

"Sometimes it is the people no one imagines anything of who do the things that no one can imagine. "

573252Imitation game de Morten Tyldum
Imitation game raconte l'histoire vraie d'Alan Turing, ce mathématicien génial, qui durant la guerre créa une machine qui réussit à casser les codes crées par la machine allemande Enigma et qui réussit donc à faire gagner la guerre aux Alliés. Cette machine incroyable deviendra l'ancêtre de l'ordinateur. Malheureusement, Alan Turing s'il changea le cours de l'histoire, eut un destin malheureux puisqu'il se suicida à l'âge de 41 ans, car condamné à la castration chimique en rason de son homosexualité.
Si je suis passionnée par la Seconde Guerre Mondiale, j'avais peur que le sujet du film soit bien peu passionnant et j'ai eu tort, Imitation Game réussit à rendre passionnant ces heures de recherche effectuées par des scientifiques coincés dans un petit village anglais, pendant qu'au loin, la guerre fait rage. Pour rendre l'action moins linéaire, l'intrigue repose sur des allers retour entre le présent d'Alan Turing, en 1951, peu avant sa mort et son passé, pendant la guerre.
Benedict Cumbarbatch semble taillé pour le personnage, il joue encore, comme dans un Sherlock, un personnage atypique, rejeté par ses pairs, mais à l'intelligence décuplée, en effet l'asociabilité d'Alan est mal acceptée par ses collègues, l'ambiance est tendue, mais le personnage de Keira Knightley va l'aider à s'intégrer et apportera la touche d'humour au film.
Un film réussi, même s'il n'a pas obtenu d'oscar hier soir.

Posté par Orichan à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,



21 février 2015

Dans les coulisses de Ghibli

expo-layouts_affiche2_hdDessins du Studio Ghibli, Les secrets du layout au Musée Art Ludique
Forcément quant on parle d'une expo consacrée au mythique studio japonais et à ses deux créateurs non moins mythiques, Takahata et Miyazaki, je suis au rendez-vous.
Attention toutefois, cette expo traite du travail du studio, mais en se consacrant uniquement à l'étude du layout. Mais quelle est cette chose me direz-vous? Le layout, c'est un travail préparatoire à un film d'animation, enfin préparatoire pas tant que ça, puisqu'avant il y aura eu le story-board, le character design (design des personnages), et donc le layout est un document qui sert à l'animateur pour "animer" justement le dessin, on y trouve donc des indications sur les vitesses de défilement des images, le type de plan, les éléments qui vont entrer et sortir du cadre etc... C'est donc une expo très technique, et malheureusement, même si j'ai trouvé ça très instructif, je trouve que les films de Ghibli ne servent que de prétexte à la découverte de cet outil d'animation. On découvre  heureusement parfois les techniques novatrices du célèbre studio.
Autre reproche pour cette expo, je trouve qu'il y aurait du, à chaque fois, y avoir les dessins et le rendu en animation, l'explication devenait plus éclairante quand on voyait le résultat à l'image, mais ce parallèle était fait de manière trop ponctuelle.
Malgré ces critiques, j'ai adoré me replonger dans les films de Ghibli, l'audioguide gratuit et indispensable, est vraiment réussi puisqu'il utilise chacune des musiques des films. Et à la fin de l'expo, la boutique propose des prix indécents, mais qui peut bien résister?!

Posté par Orichan à 00:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2015

Le Mont-Blanc dans tous ses états

1507-1Monts-blancs et merveilleux de Camille Lescoffier, Hachette
Le Mont-Blanc est une de mes pâtisseries préférées, je me devais donc de me procurer ce délicieux livre de recettes consacré à cette douceur, et en plus, on a droit aussi à des recettes de Merveilleux, gâteau que j'ai découvert il y a peu.
A l'intérieur de ce beau livre avec des étoiles partout, on retrouve la recette classique du Mont-Blanc, mais aussi des variations sur la forme, il est décliné en cake-pop, en verrine, en tarte, en cheesecake, en éclair, vous avez le choix, mais aussi des variations sur les produits, il y a bien entendu le marron, mais vous pourrez accommoder le tout avec du matcha, des myrtilles, du chocolat...
Le seul bémol de ce livre me semble être, tout de même, la complexité des recettes, pas pour trouver les ingrédients, mais dans l'exécution.
Mais je m'en vais essayer quand même!

Posté par Orichan à 00:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2015

Romans pour jeunes lecteurs

Je parle rarement de romans pour les plus jeunes, ce n'est vraiment pas une tranche d'âge qui m'attire, mais Thierry Magnier m'a envoyé deux romans de sa collection Petite Poche, j'aime beaucoup le petit format qui tient dans la poche, moins le choix des couleurs de couverture.

1507-2Charly de Sarah Turoche-Dromery, Thierry Magnier / Petite Poche
Sam est un jeune garçon qui va passer l'été à aider ses parents qui tiennent un petit hôtel au bord de mer. Il est heureux de retrouver les clients habituels, cependant une nouvelle famille fait son arrivée, et Sam se lie d'amitié avec Charly, le "fils" qui devient son meilleur copain. Pourtant Charly pourrait révéler des surprises.
Vous l'aurez deviné rapidement, Charly est, en réalité, une jeune fille qui est contente de devenir amie avec un garçon qui ne la traite pas différemment. Le roman est donc un plaidoyer sur l'absence de différence entre garçon et fille, je dois avouer que j'ai trouvé ça très démago, et cette histoire de distinction fille, garçon et de gueguerre me passe complètement au-dessus. Je suis une fille et j'en suis fière, je n'aime pas le foot, les voitures et je préfère les macarons, et je suis in love de Christian Grey ce qui ne me fait pas sentir différente des garçons malgré tout.

1507-1Je suis le fruit de leur amour de Charlotte Moundlic, Thierry Magnier  Petite Poche
Charlotte Moundlic aborde encore une fois un sujet difficile, et le fait tout en douceur. Une petite fille se sent rejetée par l'amour inconditionnelle que ses parents se portent l'un à l'autre, en effet, ils semblent se d'intéresser d'elle jusqu'au jour où un drame survient.
J'ai trouvé cette histoire terriblement poignante et juste, mais je trouve que le sujet est bien difficile pour de jeunes lecteurs, ou alors il faut e discuter longtemps avec eux, car tout repose sur des non-dits.

18 février 2015

Petites choses arrivées chez moi #49

Chez Maison du monde, ils ont sorti une collection très Ferm Living swedish style, j'ai craqué pour une housse de coussin, un moulin à vent et sûrement des bougies bientôt! Et puis, chez Monoprix, j'ai été forte pour la collection avec Mimilou, j'ai juste pris un bloc-note avec des renards.
DSC06126

Ca faisait un moment que je voulais investir dans ces coloriages pour adulte qui sont anti-stress et franchement, ça marche!
DSC06129

Lors des soldes de Noël, j'ai craqué pour ces deux ballons qui sont des décos de sapin, mais moi je vais les laisser à l'année chez moi. La petite maison, elle aussi me sert de déco pas de Noël.
DSC05963

Un bol étoilé de chez Monoprix.
DSC05987

Posté par Orichan à 00:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 février 2015

"Parce que je le peux."

1507-1Cinquante nuances plus claires de E. L. James, Livre de Poche

Chère E. L. James

Je viens de finir le tome 3 des aventures de Christian Grey, et malgré certains de vos tics d'écriture absolument insupportables et votre langage trop souvent relâché, il faut que je vous confie une chose incroyable, je suis tombée amoureuse de Christian! C'est pathétique d'en arriver là, il faut que ma déesse intérieure me rappelle qu'il n'existe pas, à chaque fois, pour que je me resaisse!
J'ai retardé la lecture du tome 2 et du tome 3 parce qu'en rencontrant Christian, la réalité devient ensuite bien fade, pas que je sois branchée sadisme sexuel, noon, mais franchement, à part la scène de la ceinture Christian est tout sauf un sadique, et on a envie qu'il nous emporte dans son Charlie Tango immédiatement.
Dans ce tome 3, j'avais peur que le mariage affadisse mon Christian, mais non, il est parfait, la lune de miel, quelle magie! Et même sa crise avec le bébé est touchante et quand on le voit à la fin, avec Ted, vous avez réussi à me faire fondre! Quand j'ai fermé le tome 3, j'ai repris le tome 1 et j'ai recommencé, d'ailleurs j'aimerais bien continuer à lire la version de Christian. Je crois que je suis droguée, j'ai envie de lire Thomas Hardy j'ai envie de retourner voir Christian au cinéma!
Vous avez bien réussi votre coup, ou alors je suis trop glace vanille, je ne sais pas!

Bien à vous.

Ori Grey



Fin »