Au pays d'Ori

10 février 2016

"You look like an avocado had sex with an older avocado."

249124Deadpool de Tim Miller
Je ne me souvenais pas du tout du personnage de Deadpool issu du monde des X-men, et pourtant, il est bien présent dans le premier film consacré à Wolverine (oui bon, je vous l'accorde, le film est nul, je ne l'ai vu qu'une fois), mieux que ça, c'est le même Ryan Reynolds qui l'incarne.
Wade Wilson est une sorte de mercenaire à grande gueule qui défend les innocents, mais qui adore zigouiller ses ennemis. Un jour, on lui diagnostique un cancer foudroyant, pour pouvoir rester auprès de celle qu'il aime, il va donc se prêter à une expérimentation médicale, censée le guérir, malheureusement, l'expérience tourne vite au cauchemar, il est en fait tombé au sein d'une organisation qui torture les gens pour révéler leurs pouvoirs mutants et en faire de super soldats vendus au plus offrant. Wade se retrouve ainsi avec un don de guérison qui le rend quasi immortel, mais il est défiguré et prêt à tout pour se venger.
Deadpool est une sorte de Wolverine en plus trash, plus vulgaire, plus salace, plus tout, du coup le film est le plus adulte des films de la saga Marvel, on a des combats méga violents et des blagues de cul toutes les deux minutes (attention à la fête de la femme, je crois que je n'oublierai jamais cette référence).
Ryan Reynolds qui a écrit le scénario a truffé les dialogues de référence à l'univers Marvel (on croise d'ailleurs deux X-men, mais pas plus parce que c'était trop cher ^^!) dont il se moque avec humour, aux acteurs des diverses franchises de super-héros et même à lui-même, je crois qu'il faudrait revoir le film un nombre incalculable de fois pour saisir toutes les allusions!
Vous l'aurez compris, on se marre avec Deadpool, du générique de début au générique final (littéralement parant!), cependant je suis quand même un peu restée sur ma faim, il manque, à l'histoire, une trame intéressante, parce que finalement le scénario tient en une ligne, et du coup, je me suis un peu ennuyée au bout d'un moment.

Posté par Orichan à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 février 2016

En attendant Evan

1507-1La 5ème vague, tome 2, La mer infinie de Rick Yancey, R / Robert Laffont
Après avoir vu le film adapté du tome 1 de La 5ème vague, je me suis jetée sur la suite en roman parce que je n'avais pas envie de quitter Evan Walker!
Cassie a retrouvé son petit frère, mais elle a perdu Evan dans la destruction de la base des Autres, comme promis, elle l'attend donc dans un hôtel abandonné. Malheureusement, le reste du groupe et surtout Ben est persuadé qu'Evan n'a pas survécu ou tout du moins qu'on ne peut pas lui faire confiance car il fait partie des Autres, et puis l'hiver arrive et Ben est déterminé à trouver un refuge pour ses amis, il envoie donc Ringer en repérage, mais  c'est sans compter le machiavélique Vosch et un autre silencieux qu'Evan connaît bien.
On sent bien que ce tome 2 est un tome de transition, il ne se passe pas grand chose, heureusement l'effet d'attente concernant les retrouvailles de Cassie et Evan pousse à tourner les pages rapidement.
On découvre ainsi le passé d'Evan, et le personnage de Grace qui donne des frissons dans le dos. Mais c'est surtout le personnage de Ringer qui s'étoffe, on découvre son passé et surtout la complexité de son caractère.
Vivement a suite!

Posté par Orichan à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 février 2016

Petits plaisirs gourmands #114

J'ai enfin trouvé des graines de chia (oui, bn ça va, ils auraient pu trouver un autre nom!) pour tester le fameux porridge aux graines de chia, vous versez, dans un récipient, des graines et du lait de ce que vous voulez, oui en général, ces graines sont vantées par des ayatollahs du lactose, donc autant essayer un lait végétal, d'amande pour moi, une nuit au frais et miam miam!
2016-01-24 14

Les petits sablés au citron trouvés à Monoprix avec leur chouette packaging.
DSC07740

Mon prénom en bonbon grâce à Lutti qui pendant un week-end proposait un pop-up store pour tester leur imprimante 3D à bonbecs, c'est pas génial comme idée?!
DSC07743

Les bonnets de Père Noël de Picard pour repenser à Noël, c'est une meringue, en réalité avec une gelée de citron vert, plutôt pas mal!
DSC07747

Des crêpes au citron pour la Chandeleur.
2016-01-31 17

03 février 2016

"Love's not a trick. It's real."

531725La 5ème vague de J Blakeson
J'avais adoré le livre, il ne m'en fallait pas davantage pour aller voir le film.
La jeune Cassie (incarnée par Chloë Moretz qui va finir par devenir une figure récurrente des adaptations jeunesse) essaie de survivre dans un monde dévasté par les Autres, ces extraterrestres qui ont décimé la population mondiale en coupant l'électricité, en créant des tsunamis, en répendant un virus mortel, et en se cachant au sein de la population, en investissant des corps humains. Cassie a perdu toute sa famille, mais elle est prête à tout pour retrouver son petit frère, enlevé par les Autres pour préparer la 5ème vague de leur occupation qui sera bien plus machiavélique que toutes les autres.
Le film a reçu beaucoup de mauvaises critiques, et j'ai trouvé effectivement le début très long à démarrer, comme s'il manquait un ingrédient pour que la sauce prenne, mais heureusement cet ingrédient arrive vite, en la personne d'Evan Walker, ce mystérieux jeune homme qui sauve Cassie, blessée par un Silencieux, un sniper embusqué, envoyé par les Autres. Quand Evan apparaît l'intrigue prend de l'épaisseur et du sexyyyyyyyyyyyyy (je suis sous le charme d'Alex Roe, pas que pour la scène du lac, même si oh mon dieu!!!), et même si je connaissais son secret, j'ai trouvé que le mystère était très bien entretenu.
Alors oui, on pourra reprocher au film son manque d'originalité, l'intrigue rappelle beaucoup Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer, il y a beaucoup de scènes téléphonées, mais l'action est au rendez-vous, les rebondissements s'enchaînent et je ne me suis pas ennuyée une minute et j'espère bien qu'il y aura une suite au film.

Posté par Orichan à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2016

U4 #1

1507-1U4 Koridwen d'Yves Grevet, Syros
Le virus U4 a décimé l'essentiel de la population, seuls quelques adolescents ont été épargnés, Koridwen, une jeune fille de 15 ans, en fait partie. Toute sa famille a été décimée par le virus et elle survie tant bien que mal dans la ferme de ses parents, au milieu de la campagne isolée. Cependant, quand des pilleurs tentent de s'en prendre à elle, elle décide de fuir et de se rendre à Paris à un rendez-vous improbable, Kronos, le maître du jeu en ligne WOT, a en effet donné rendez-vous à ses meilleurs joueurs, les Experts dont Koridwen fait partie, dans la capitale avec l'objectif fou de remonter le temps et de changer le futur. Koridwen n'y croit pas, mais les signes laissés par sa grand-mère et un fol espoir la pousse à partir.
U4 est un concept original, une série en quatre tomes écrite par quatre auteurs différents qui peut se lire dans n'importe quel ordre, chaque tome est consacré à un personnage différent, et les personnages sont, bien sûr, amenés à se croiser.
J'aime beaucoup les histoires basées sur le concept de survival, et j'ai donc adoré découvrir l'univers de U4 et suivre le long parcours semé des pires embûches de Koridwen, l'histoire est un véritable page turner, l'action est prenante, angoissante, pleine de rebondissements et il est difficile d'arrêter sa lecture. Yves Grevet nous réserve son lot de surprises et c'est jubilatoire de croiser des personnages issus des autres tomes (je connaissais leurs noms et du coup, je les guettais à chaque page!). J'ai donc dévoré ce tome que j'ai beaucoup aimé, même si j'ai trouvé la fin beaucoup trop abrupte, j'aurais voulu que l'histoire ait le temps de se développer beaucoup plus. Et j'ai vraiment hâte de savoir comment ce tome s'intégre aux autres.

Posté par Orichan à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,



29 janvier 2016

" This is not just Boston. This is the whole country, the whole world. They knew and they let it happen!"

118433Spotlight de Tom McCarthy
Le film raconte l'histoire vraie d'un groupe de journalistes du Boston Globes, baptisé du nom de Spotlight, qui ont mis à un jour un terrible scandale d'abus sexuels sur de jeunes enfants commis par des prêtres, prêtes couverts par l'église catholique à son plus haut niveau, pour étouffer le scandale. L'enquête s'étalera sur plus d'un an, et éclatera en 2002 avec des répercussions dans le monde entier.
Si Spotlight ne se démarque pas par son originalité, le film se place dans la droite ligne des films d'enquête classiques, style Les hommes du président, j'ai cependant beaucoup aimé ce film. Le scénario ne présente quasiment aucune action, c'est un film qui parle beaucoup, et pourtant, suivre le déroulement de l'enquête de ces journalistes s'avère passionnant, on découvre avec eux l'histoire horrible des victimes, et la terrible chape de plomb qui entoure ces crimes, dans un pays où la religion occupe une place très importante.
Les acteurs sont tous parfaits, et même si Liev Schreiber semble s'être déguisé pour le film, c'est un plaisir de le retrouver (pour les fans de Ray Donovan, on comprend désormais pourquoi Ray est originaire de Boston, clin d'oeil?), Mark Ruffalo dont le personnage réussit à apporter une petite touche d'humour au film et Rachel McAdams, ils sont d'ailleurs nominés tous les deux, aux oscars en tant que meilleurs second rôle.

Posté par Orichan à 21:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 janvier 2016

Le garçon et la bête

553693

Le garçon et la bête de Mamoru Hosoda
Ren, âgé de 9 ans, vient de perdre sa mère, son père avec qui elle était divorcée, ne vient pas le chercher, il décide donc de fuguer. Kumatetsu, un guerrier du monde des Bêtes, un monde parallèle au nôtre, cherche un apprenti pour transmettre son savoir de sabreur, il croise Ren et lui propose de l'accompagner dans le monde des bêtes, celui-ci accepte et devient son disciple, Kyuta, mais les relations entre les deux héros bourrus ne vont pas être toujours faciles.
Le sujet de ce nouveau film de Mamoru Hosoda ne m'inspirait pas, mais comme je me fais un devoir de défendre l'animation japonaise dans nos contrées, j'y suis allée et quelle belle surprise!
On pourrait croire que Le garçon et la bête est un bête shonen qui évoque l'apprentissage d'un pseudo samouraï dans un monde fantastique, mais si les combats ont la part belle dans cet anime, le sujet est tout autre, Mamoru Hosoda évoque, en réalité, la question de l'amour paternel, et l'importance de la famille, quelle qu'elle soit dans la construction de soi, les deux personnages indépendants et finalement un peu égoïstes, vont découvrir l'amour de l'autre et peu à peu fonder une famille. Le réalisateur évoque un sujet sensible avec pudeur et réussit à nous émouvoir, comme seuls les japonais peuvent le faire.
Cette belle réflexion philosophique est doublée de passages humoristiques hilarants, les disputes entre Kumatetsu et Kyuta étant homériques. L'animation n'est pas en reste, du travail à l'ancienne magnifique, sans trop d'effets spéciaux.
Une petite merveille pour presque tous les âges, à ne pas rater.

Posté par Orichan à 18:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2016

Ils sont de retour

1507-1Millénium 4, Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz, Actes Sud
Au début, j'ai crié à l'hérésie, la suite des aventures de nos deux héros suédois adorés sans leur auteur, c'était comme une trahison, j'étais contre l'idée de lire cette suite, et pourtant, dans un petit coin de ma tête, j'avais quand même très envie de savoir ce qu'ils devenaient ces personnages tant aimés, parce que Stieg Larsson en mourant avait laissé bien des questions en suspens et surtout parce que j'avais tellement envie qu'ils se passe un truc entre eux, alors j'ai craqué, et je ne regrette absolument pas!
Quelques mois après le scandale de l'affaire Zalachenko qu'a révélée Millénium, une campagne de dénigrement s'abat sur Mikael Blomkvist, son journal, encore une fois menacé par les problèmes financiers, est en difficulté, il faudrait une nouvelle affaire pour relancer la machine et notre journaliste lassé. Et voilà qu'un scientifique mondialement connu, qui travaillait sur des ordinateurs du futur avec une intelligence artificielle supérieure, est assassiné, quelques heures après avoir appelé Blomkvist pour lui faire des révélations fracassantes! Il n'en faut pas plus pour lancer Blomkvist sur la piste du tueur, d'autant que la victime avait aussi fait appel à une hackeuse qu'il connaît bien et qui ne lui a pas donné signe de vie depuis longtemps.
David Lagercrantz reprend avec brio les ingrédients de la série. D'une part, une enquête policière et journalistique sur fond de questionnements actuels, ici la puissance des ordinateurs sur notre quotidien et les affaires d'espionnage révélées par les lanceurs d'alerte tel que Snowden, en effet, l'affaire du roman implique la NSA, les services de renseignements suédois et concerne l'espionnage industriel, d'autre part, des secrets concernant nos personnages, le passé de Lisbeth refait surface (SPOILER à l'époque, je cherchais la soeur de Lisbeth à chaque page du tome 3, parce que je pensais que Stieg Larsson avait eu le temps de l'utiliser, en vain, mais voilà qui est réparé!). Il reprend par ailleurs, nos précieux personnages sans les dénaturer, et la dernière page nous colle un gros sourire sur la figure (SPOILER bien que ce fut dure d'attendre si longtemps ces retrouvailles), mais nous donne envie de se rouler par terre parce qu'on a pas le tome suivant!

Posté par Orichan à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 janvier 2016

Season

J'ai découvert cette nouvelle adresse sur IG à travers les photos de ses acaibowl avec leurs toppings magiques, j'ai donc couru découvrir l'adresse.
Season est une adresse qui propose des plats variés avec ou sans gluten et parfois bio, pas forcément de saison, contrairement à ce qu'annonce le nom, mais je ne venais pas dans ce but.
DSC07738

La salle est spacieuse, on mange serré, mais pas les uns sur les autres, on a quand même de la place, c'est lumineux, branché avec des plaids pour le détail cosy, sauf que ce n'est pas un détail, il faisait horriblement froid dans la salle, alors les plaids, c'est sympa, mais le chauffage, c'est quand même mieux!
DSC07736

2-season-resto-bio-carreau-temple-paris-creditphoto-carmenvazquez-parisbouge
(crédit photo Paris Bouge)

Les plats proposés sont très variés, salades, bagels, pâtes... Nous avons opté pour un Bobun végétarien (15€), assez bon et des Naans au poulet (15€), malheureusement mon plat était très sec, je n'ai pas réussi à finir. J'étais un peu déçue par mon choix, mais heureusement, le dessert a sauvé ma découverte, le Acaibowl (10€) était comme les photos l'annonçaient, un régal! Je veux en refaire chez moi!
DSC07732

DSC07734

Globalement, j'ai trouvé ça un peu cher pour ce qui était proposé, je ne bouderai cependant pas l'adresse, mais je n'y retournerai que pour un goûter et par temps plus chaud.

Season
1 rue Dupuis
75003 Paris

Posté par Orichan à 19:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 janvier 2016

"Anybody opens their mouth, gonna get a bullet. Anybody moves a little weird....little sudden--gonna get a bullet."

467133Les huit salopards de Quentin Tarentino
Une diligence fait route à travers la neige, talonnée par le blizzard, à son bord, le chasseur de primes, John Ruth qui conduit sa prisonnière, Daisy Domergue, à la potence. En chemin, la diligence va recueillir des âmes en détresse, le chasseur de primes noir, Major Marquis Warren, ancien soldat de l'Union dont le cheval est mort, et le sudiste, fils de bandit, Chris Mannix qui a connu les mêmes déboires. Tout ce petit monde fait halte, dans une auberge, perdue dans la montagne et un terrible huit-clos rempli de chausse-trappes commence.
En grande fan de Tarentino, j'avais très envie d'aller voir le film, bien que sa durée m'ait un peu fait peur, je suis rentrée dans la salle persuadée de voir un bon film et ça aurait pu être le cas, si Tarentino avait voulu faire un film et pas du Tarentino! Durant toute la durée du film, j'ai eu l'impression de voir une pâle copie d'un vrai Tarentino (d'ailleurs le rôle de Tim Roth semble être une imitation de Christoph Waltz! Il n'était pas dispo?), les dialogues sans queue ni de tête qui glosent pendant plusieurs minutes sur une broutille étaient bien là, mais au lieu d'être drôles et passionnants, ils sont bien vite devenus à mourir d'ennui. Les twists scénaritiques habituels et jouissifs du réalisateur étaient là aussi, mais m'ont fait l'effet d'un pétard mouillé durant ce long ennui, j'ai eu un sursaut d'énergie avec l'arrivée surprise (bon on l'avait remarqué au générique) de Chaning Tatum en chef de gang machiavélique qui parle français avec charme, c'est qu'il amène l'humour à la Tarentino dont manque cruellement le film. Finalement quand le bain de sang arrive, on a juste une envie c'est que ça finisse vite!
Une grosse déception.

Posté par Orichan à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,