Au pays d'Ori

23 août 2016

" We're bad guys that's what we do."

166170

Suicide Squad de David Ayer
Ca faisait des mois qu'on entendait parler du nouveau film de DC Comics, j'avais donc très envie de voir cette nouvelle licence!
Des super méchants venus tout droit de l'Egypte ancienne sont sur le point de détruire la planète, le gouvernement dépassé décide de faire appel aux pires vilains de la planète pour résoudre le problème, et c'est dans l'Arkham Azylum qu'ils se trouvent. Rick Flag (mon chouchou Joel Kinnaman, The Killing forever!), officier surentraîné se retrouve donc à la tête du Suicide Squad pour affronter l'ennemi et accessoirement sauver sa petite amie.
Autant le dire tout de suite, j'ai trouvé Suicide Squad un peu décevant, comme son homologue Batman vs Superman, l'idée de départ est intéressante, malheureusement, elle reste peu exploitée, et les scènes d'action ne cessent de s'enchainer à un rythme qui devient bien vite monotone, le scénario laissant vite apparaître sa faiblesse (mais à quoi sert ce méchant franchement?). Heureusement, certains personnages se détachent du lot pour nous réveiller de notre torpeur, on oubliera le Joker azimuté, mais dans le mauvais sens, de Jared Leto et on retiendra le personnage de Harley Quinn qui sauve à elle toute seule le film, son personnage déjanté, complètement barré, devient très vite attachant et drôle! Les autres méchants sont fadasses à côté.
Une déception donc mais qui ne m'empêcehera pas d'aller voir une suite s'il y a!

Posté par Orichan à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 août 2016

"I have big plans. I am going to sit right here and wait for Katie to get back."

391424

Comme des bêtes de Yarrow Cheney et Chris Renaud
J'avais vu la bande-annonce  hilarante de ce film réalisé par les parents des Minions il y a très très longtemps, et j'étais donc très impatiente d'aller le découvrir au cinéma.
Le film nous fait découvrir le quotidien de nos amis les bêtes quand nous ne sommes pas là, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont une vie bien mouvementée.
Max va ainsi avoir bien du mal à s'entendre avec le nouveau chien qu'a ramené sa maîtresse, et en voulant se débarrasser de lui, ils vont se retrouver embarqués dans une folle escapade poursuivi par les hommes de la fourrière et un lapin pas commode du tout! Heureusement, la chienne Gidget va leur venir en aide.
Comme avec l'hilarante bande-annonce des mignons, je me suis passée en boucle la bande-annonce du film qui est à mourir de rire, malheureusement si l'ensemble du film est sympathique, il est loin d'être aussi drôle que sa bande-annonce, j'ai trouvé trop souvent le temps bien long, et pourtant le film ne durait que 1h30.
L'idée de départ est géniale, mais finalement, on s'aperçoit vite que ça ne suffit pas pour faire un film entier dessus, du coup une intrigue a été brodée dessus, mais cela reste peu passionnant. 
J'ai quand même souri plusieurs fois durant le film, alors ne boudez pas votre plaisir.

Posté par Orichan à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 août 2016

"We have to remind them that Earth is not for the taking!"

576773Independence day: Resurgence de Roland Emmerich
Vous commencez à connaître ma passion pour les films catastrophe, pourtant le premier Independence day ne fait pas partie de mes films préférés du genre, le héros meurent à la fin et je trouve ça nul, j'avais pourtant très envie de voir cette suite.
Nous sommes donc 20  ans après la fin du premier film, les humains en repoussant les méchants envahisseurs, ont fait une avancée majeure en matière de technologie, la paix règne sur Terre, mais certains ont de mauvais pressentiments! Et bientôt les vilains envahisseurs font leur retour encore plus puissants qu'auparavant.
A ma grande surprise, j'ai beaucoup aimé cet opus, on retrouve des personnages de l'ancien film, l'ancien président, mais surtout Jeff Goldblum toujours aussi drôle dans son rôle de savant blasé, les nouveaux personnages ne sont pas en reste, Liam Hemsworth se défend bien, un peu moins le fils de Will Smith, mais leur relation antagoniste reste amusante, et j'ai trouvé le film beaucoup plus drôle que le premier.
L'action est au rendez-vous et on ne s'ennuie pas une minute malgré les deux heures que dure le film.
On retrouve malheureusement, les défauts du premier film, le trop grand patriotisme et un personnage féminin dont le rôle est totalement catastrophique! 

Posté par Orichan à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 juillet 2016

"I hears your lonely heart, in all the secret whisperings of the world."

545422Le BGG - Le bon gros géant de Steven Spielberg
Je suis une inconditionnelle de Roald Dahl, j'ai même visité son musée, et pourtant Le bon gros géant est une des rares histoires que je n'ai jamais lue, j'avais donc très envie de découvrir l'adaptation par Spielberg.
Sophie, une petite orpheline anglaise, est enlevée, une nuit, par un drôle de géant, BGG soit le bon gros géant, un géant amicale qui a enlevé Sophie pour la protéger de ses terribles congénères qui vivent dans le pays des Géants et passent leur temps à le maltraiter et à dévorer des humains! Sophie se lie bien vite d'amitié avec son kidnappeur et va tout faire pour améliorer sa condition.
Le BGG est donc un conte auquel Roald Dahl a ajouté une bonne dose d'humour, malheureusement si j'ai trouvé le début du film magique, le mélange images de synthèses images réelles est incroyable (j'ai d'ailleurs toujours adoré ce genre de procédé, L'apprenti sorcière était un de mes films préférés quand j'étais enfant!), j'ai trouvé le film terriblement long, je me suis même ennuyée à certains moments ce qui est bien dommage car le film a un réel potentiel, mais il a manqué la magie qui n'est jamais venue!
Heureusement, l'humour est lui bien présent avec surtout une scène hilarante à la fin du film à base de flatulences et de reine d'Angleterre et le parler pour le moins original de notre géant. Je ne regrette donc pas du tout d'avoir vu ce film qui plaira sans aucun doute aux plus jeunes!

Posté par Orichan à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juillet 2016

The Catcher in the rye

1507-1L'attrape-coeurs de J. D. Salinger, Pocket
Cela faisait des années que je voulais lire ce classique de la littérature américaine, le roman qu'on croise dans toutes les séries américaines qui se déroulent dans un lycée, le roman qu'on retrouve dans des tas d'autres romans américains.
Je ne savais rien de cet Attrape-Coeurs, je ne connaissais que son héros, un adolescent nommé Holden Caulfield, un adolescent à la marge et c'est tout, alors quand j'ai ouvert le roman, ma réaction a été épidermique, je déteste! Je me demandais comment je pourrais être touchée par une écriture pareille! L'attrape-coeurs, c'est écrit comme on parle, le langage est relâché et pas du tout... littéraire, même si le mot me semble étrange. Mais j'ai continué parce que je voulais en savoir plus sur ce fameux Holden, cet ado  hors norme renvoyé de son école pour fainéantise, qui décide d'errer quelques jours, seul, dans New York, avant de rentrer chez et d'affronter la réaction de ses parents. Et alors, cela va sûrement vous paraître étrange, mais Holden m'a fait penser à Proust, car quand Holden raconte, il parle bien sûr de ce qui lui arrive, mais aussi de ce que tel ou tel événement lui rappelle et on en apprend ainsi plus sur son passé, son histoire, sur ce qui fait de lui cet adolescent à part qui commence à perdre un peu la raison parce que la société dans laquelle il vit ne lui convient pas, Holden est le roi de la digression et il est d'ailleurs mauvais au cours d'oral parce que les digressions sont interdites!
Et puis Holden quand on n'y attend pas se met à nous sortir des phrases qu'on retourne des tas de fois dans sa tête parce que tout à coup, ça nous parle vachement fort, ça nous remue au fond du coeur, on ne sait pas comment, mais tout à coup, il a touché un point, là caché, et on se met à réfléchir très fort.
C'est vraiment un roman étrange qu'il faudra que je relise un jour pour être sûre...

"L'ennui avec les filles c'est que si un garçon leur plaît il peut être le plus horrible des salauds elles trouveront qu'il a un complexe d'infériorité et s'il leur plaît pas, il aura beau être un brave type et avoir un énorme complexe elles diront qu'il est prétentieux. Même les filles intelligentes sont comme ça."

Posté par Orichan à 22:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 juillet 2016

Kodawari Ramen

Il est rare que je m'éloigne de la rue Sainte Anne pour manger japonais, et surtout pour manger un ramen, mais les photos de ce restaurant, j'ai nommé Kodawari ramen, croisées sur Instagram m'avaient donné très envie d'y aller! Forcément, une fois franchie la porte du restaurant, on se croirait dans une rue de Tokyo, et l'accueil est au diapason avec un "Irashaimase" obligatoire!
DSC08072

DSC08073

DSC08075

DSC08080

On trouve même des publicités japonaises sur les murs!
DSC08081

DSC08082

Mais dans l'assiette, me direz-vous? Et bien, on trouve donc différents Ramen (12€), une sorte de bouillon de nouilles pour les néophytes, très bon et on peut même arroser le tout avec de la Lamune, une sorte de limonade japoanaise avec une bille dans la bouteilles, et ne me demandez pas, je n'ai jamais vraiment compris l'intérêt de la bille, mais je suis fan du concept!
DSC08076

DSC08078

Une adresse qui sort vraiment de l'ordinaire!

Koadawari ramen
29 rue Mazarine
75006 Paris

Posté par Orichan à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juillet 2016

" You are pretty much the only thing that makes me want to get up in the morning."

063880Avant toi de Thea Sharron
Avant toi est adapté d'un célèbre roman que je ne connaissais pas du tout avant de découvrir ce film que j'avais très envie de voir parce que les deux acteurs principaux sont Daenerys et Finnick!!!!! Enfin Emilia Clarke et Sam Claflin si vous préférez, mais pour moi ça restera toujours les héros de Game of Thrones et Hunger games.
Dans un petit village au fin fond de l'Angleterre, Louisa Clark, jeune fille excentrique et joyeuse, est engagée comme dame de compagnie du riche Will Traynor, le fils du chatelain du coin qui avait tout pour réussir, jusqu'à ce qu'une moto décide de son sort et le laisse paralysé et coincé dans un fauteuil roulant. Les premiers contacts entre les deux héros sont douloureux, Will est aigri par sa condition, mais petit à petit l'amour va naître, mais cela suffira-t-il à Will pour reprendre goût à la vie?
Avant toi est bien sûr un film de midinettes avec de l'amouuuuuuuuuuur et deux héros terriblement touchants et sexy il faut bien le dire, pourtant la bleuette à laquelle on s'attend prend une nouvelle tournure avec son dénouement et toute la réflexion qui tourne autour de l'euthanasie, je ne vous en dis pas plus, mais c'est affreusement émouvant et j'ai passé la moitié du film à pleurer des torrents de larmes!
Les deux acteurs contribuent beaucoup à la réussite du film, Emilia Clarke joue une Louisa pétillante et drôle bien loin de son rôle dans Game of thrones, et Sam Claflim est tellement graouuuuuuuuuuu!
Un très beau film romantique donc, j'ai adoré!!

Posté par Orichan à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juillet 2016

Le lagon noir

1507-1Le lagon noir d'Arnaldur Indrodason, Métailié noir
On retrouve un Erlendur jeune qui enquête, en compagnie de Marion Briem, sur la mort d'un technicien aéronautique islandais retrouvé mort dans un lagon isolé (pour l'anecdote, il s'agit du futur lagon bleu). L'autopsie révèle pourtant que l'homme n'est pas mort noyé, mais victime d'une chute vertigineuse. Lorsque sa voiture est retrouvée devant un hangar immense, sur la base américaine, l'enquête s'oriente vers les militaires américains, mais en pleine guerre froide et de la polémique liée à la présence des américains sur le territoire islandais, l'enquête de nos deux policiers ne va pas être facilité. Erlendur mène en parallèle une enquête sur la disparition inexpliquée d'une jeune fille survenue 25 ans plus tôt.
Comme toujours Indridason mène avec brio un double récit qui réunit la grande et la petite histoire, on découvre ainsi l'origine de la présence américaine en Islande et les dissensions qui ont déchiré le pays à ce propos, c'est vraiment passionnant, et j'avoue que je ne connaissais pas du tout ce pan de l'histoire. Le récit se déroule toujours avec flegme, mais on ne peut pas s'empêcher de tourner les pages à toute vitesse.
J'ai été surprise de retrouver un Erlendur jeune, mais finalement, on en apprend ainsi plus sur notre personnage fétiche, on retrouve son obsession pour les disparitions, et on découvre des éléments qui éclaire sa relation avec sa fille adulte, c'est touchant

Posté par Orichan à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 juillet 2016

Petits plaisirs gourmands #117

Du porridge dans un pot très pratique de la marque Mornflake avec du golden syrup, le seul point négatif, c'est le prix, mais je me suis régalée et ça se trouve au Monoprix.
2016-06-28 10

De délicieux donuts de Picard.
DSC08002

Des glaces de Boon, la nouvelle enseigne gourmande du Forum des Halles que je survalide!
DSC08003

Ma nouvelle boisson préférée de Starbucks, le Banana Caramel S'mores.
DSC08004

La nouvelle boisson de Costa, le Cheesecake framboise, un peu trop sucrée quand même!
DSC08005

Une charlotte aux fraises maison.
DSC08006

Posté par Orichan à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

30 juin 2016

Embrigadement

1507-1Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne, Gallimard jeunesse
Pierrot a tout juste 7 ans quand il perd son père, un soldat allemand qui avait tenté d'oublier la Première Guerre Mondiale en épousant une française, et sa mère, morte d'une terrible maladie. Il est alors envoyé dans orphelinat, puis en Autriche où la soeur de son père avec laquelle il n'avait aucun contact, décide de le recueillir. Cette dernière l'accueille dans une maison en haut de la montagne dans laquelle elle est gouvernante pour un homme acariâtre et colérique et à qui Pierrot ne doit surtout pas parler de son origine française ou de son ami d'enfance Anshel qui est juif.
John Boyne consacre un autre de ses romans à la Seconde Guerre mondiale, et nous décrit avec justesse l'évolution de son jeune héros embrigadé par les idées nauséabondes et antisémites de cet homme à la petite moustache dont on devine bien vite qui il est, pourtant l'auteur réussit à maintenir le suspens durant toute la première partie!
Ce roman engage un questionnement glaçant, Pierrot était un être innocent et aimant et il va pourtant se transformer en un monstre, on se demande alors avec effroi si nous aussi, on aurait été capable de telles atrocités si on avait été embrigadés de la même façon... La réponse fait froid dans le dos.
Un bien beau roman qui donne à réfléchir.

Posté par Orichan à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,