La quête pour trouver le livre sur la famille du 38239009_p de juillet fut difficile, mais j'y suis arrivée! J'ai été étonnée de découvrir un gros pavé de 700 pages, mais heureusement j'ai aimé.

9782234051843Nous étions les Mulvaney de Joyce Carol Oates, Stock
Ils étaient les Mulvaney, une famille heureuse de 4 enfants, trois garçons et une fille Marianne, des parents aimants... Ils vivaient heureux dans leur ferme, leur paradis... Mais un jour, le soir de la Saint Valentin, un drame s'abat sur la famille, et plus rien ne sera jamais comme avant!
Que c'est dur pour moi de lire une histoire qui conte une ascension et une chute, j'ai toujours envie d'empêcher la chute, de sauver les personnages, même si je sais que c'est impossible... Comment ne pas vouloir aider Marianne dans cette histoire, une jeune fille innocente qui se retrouve brisée à cause d'un monstre?
Ce roman m'a bouleversée car il a provoqué en moi des sentiments forts. L'histoire nous est ainsi racontée par le plus jeune des frères, Judd, mais on se retrouve parfois plongé dans les pensées des autres personnages. Au début par exemple, on revit le cauchemar de Marianne, mais ses souvenirs étant flous, confus, même si on comprend très vite ce qui lui est arrivée, je n'ai cessé de m'interroger, d'espérer me tromper.
Au delà de mon empathie envers Mariane, j'ai ressenti de la colère, colère envers Mariane qui refuse de porter plainte parce qu'elle porte le poids de la culpabilité, et colère contre les parents qui rejettent Mariane et l'envoient en exil pour ne plus souffrir! On s'attend d'ailleurs après le drame à une vendetta, mais il n'en est rien, le temps rattrape les Mulvaney (sauf peut-être Patrick) et le temps s'écoule, les conduisant inlassablement vers une déchéance de plus en plus grande...
Nous étions les Mulvaney est donc un roman sur la vie qui montre comment le destin peut s'avérer terriblement cruel si on décide de ne pas se battre. Une histoire bouleversante que je n'oublierai pas de sitôt, avec une pointe d'espoir à la fin pour relever la tête et quitter les Mulvaney une larme au coin des yeux et un sourire fantomatique sur les lèvres!