Jamais deux sans trois, Woody en est à son troisième raté (après Midnignt in Paris et Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu) et ça commence à faire beaucoup!

20104459To Rome with Love de Woody Allen
Woody a posé sa caméra à Rome pour nous raconter différentes histoires qui jamais ne se croisent. C'est sympa de redécouvrir la ville, mais pour faire un film, il faut un scénario!
Il y a donc quatre histoires, mais la seule qui est réussie est celle de John (Alec Baldwin et Jesse Eisenberg plutôt pas mal) qui se lance sur les traces de son passé en se rendant dans la rue de sa jeunesse et qui va rencontrer son "moi" plus jeune, au moment où sa route aurait pu prendre une autre direction, en couple avec Sally, il va tomber amoureux de la troublante Monica (Ellen Page, géniale!) "Même son nom fait bander", c'est dire! Mais tout ne va pas se passer comme prévu.
Quant aux autres histoires, ils sont complètement dispensables et nulles, la pire étant l'histoire autour de Roberto Benigni qui joue un homme lambda, à la vie pépère, qui va devenir célèbre pour rien et découvrir le poids de la célébrité, on rigole les premières secondes et ensuite, on s'ennuie ferme à le suivre, tant c'est répétitif, je passe sous silence l'histoire du chanteur d'opéra sous la douche, louuuuuuuuuuuuuuuuuuuuurd, et celle du couple de coincés, au secouuuuuuuuuuuuuuuuuurs!
Malgré tout, il y a quelques phrases humoristiques qui font mouche, mais malheureusement, les 2h51 du film restent bien longues, même avec ça!