9782290064672Dévoile-moi (Crossfire, tome 1) de Sylvia Day, Editions J'ai lu
Figurez-vous qu'il n'y a pas qu'un seul "Mommy porn", en ce moment, qui donnent des bouffées de chaleur aux filles, après Fifty Shades of Grey, voici arrivée la trilogie Crossfire (parce que le titre est toujours tellement mieux en VO).
Alors cette fois fois, le héros, ce n'est pas Christian Grey, mais Gideon (à prononcer à l'américaine parce qu'à la française, ça casse toute sexytude) Cross (d'où le titre), mais rassurez-vous, si le nom change, Gideon est tout autant sexy que Christian, d'ailleurs ils sont sortis du même moule: corps d'Adonis, costume flatteur, yeux gris, portefeuille bien rempli, un premier abord un peu froid, mais un appétit sexuel infini (Gideon demande à Eva de coucher dès la deuxième rencontre!) et bien sûr un passé torturé, bien que Gideon semble moins barré que Christian, il n'est pas du tout adepte du sadomasochisme (ce qui m'arrange bien quand même!).
Nous avons donc, dans les deux cas, un héros bavant, mais heureusement l'héroïne de Crossfire, Eva, n'est pas aussi dinde qu'Anastasia, pas seulement parce qu'elle ne se mord pas la lèvre toutes les trois minutes, mais parce qu'Eva a un background traumatisant (qui n'est pas trop crédible avec son appétit sexuel, mais passons) et qu'elle envoie bouler Gideon plusieurs fois (bon ses crises de jalousie sont un peu lassantes, mais enfin...) au cours du roman.
Mais entrons dans le vif du sujet, qu'en est-il du côté épicé, monte-t-on au rideau en lisant Crossfire? Bon, je dois être bonne cliente parce que ça marche, j'ai eu envie de déshabiller Gidon (qui a un petit air de Mark Landers dans Olive et Tom, désolée pour la référence!) dès les premières pages, j'ai trouvé par contre, les dialogues bien plus crus que dans Fifty shades, genre le mot "queue" a tendance à me hérisser le poil, et bon ne le cachons pas, il y a toujours des passages à mourir de rire, mais c'est ce que je préfère dans ce genre de bouquin!