371396Cinquante nuances de Grey de Sam Taylor-Johnson
Après ma déclaration d'amour à Christian Grey post lecture du tome 1, oui, oui, je suis amoureuse, j'y peux rien, et même si effectivement le livre est écrit... comme il est écrit, ahem, j'étais obligée de courir voir le film.
Dans ce premier opus (et j'espère pas le dernier) Anastasia, notre vierge effarouchée va faire la rencontre du renversant Christian Grey, célibataire milliardaire, mélomane, gentleman, so sexyyyyyyyyyyyyyyyyy qui envoie des paillettes jusqu'à que cette dernière découvre qu'il est adepte des relations sado-maso, ce qui va forcément lui poser un problème, enfin, pas trop quand même.
Pour faire une adaptation réussi du fameux mummy porn, il fallait donc trouver LE Christian Grey, beaucoup de noms ont défilé, on a vu passer le meilleur comme le pire, jusqu'à l'officialisation de Jamie Dornan, et comment vous dire, déjà sur les photos, j'étais conquise, mais alors à l'écran, j'ai failli m'évanouir, il incarne parfaitement la sexytude torride de Christian Grey (le jean lui descend parfaitement comme dans le roman!), tellement parfaitement qu'on lui pardonne ses petits errements de jeu dans les scènes de tristesse, heureusement dans les scènes de sexe, il est parfait ouf! je suis amoureuse de la version papier comme de la version film, et d'ailleurs avec the prof d'allemand, on a décidé de faire la Ola à Jamie en plus de George et Ryan! Je trouve que le rôle d'Ana était plus facile à trouver, Dakota Johnson s'en sort très bien, elle arrive à se mordiller les lèvres comme il faut et incarne très bien l'ingénue.
Le fim dure deux heures, c'est peut-être un peu longuet, l'absence de scénario est un peu plus visible à l'écran et les scènes de sexe restent assez répétitives, oui, oui, les prudes peuvent être rassurés, on ne voit rien, un peu comme dans le roman non? Si ce n'est des poils pubiens qu'on voit rarement du côté des femmes dans les films, mais à part ça, la série de Showtime, The Affair est carrément plus olé olé.
Et j'ai apprécié les petites touches d'humour volontaires (si, si, bon oui, parfais il y a des phrases, j'ai pas pu me retenir de rire), particulièrement l'usage décalé du mot "bébé", réplique qui m'a insupportée dans le roman.
Je suis en pleine lecture du tome 2 maintenant, Christian forever!