242531Lost River de Ryan Gosling
La ville de Lost River, petite banlieue de Détroit, subit de plein fouet la crise des subprimes, les habitants sont chassés de chez eux, la ville devient une ville fantôme, destinée à disparaître comme ces villes englouties pour la création de lacs artificiels. Billie tente de survivre dans ce marasme, mère célibataire, elle élève seule ses deux enfants, en se faisant engager dans un club sulfureux, son fils Bones, vole du cuivre dans la ville abandonnée, mais le mal rôde et malgré le courage des gentils, la malédiction n'est pas prête d'être levée...
Quel film étrange, Ryan Gosling suit les pas de Nicolas Winding Refn, le réalisateur de Drive et nous livre un film à l'atmosphère glauque et angoissante, la ville de Lost River est un personnage à elle toute seule, Ryan Gosling ayant filmé dans les vraies banlieues de Détroit, avec parfois de vrais habitants, on sent le mal être, l'atmosphère qui suintent des murs de la ville, le tout dans une ambiance onirique qui tourne souvent au cauchemar (certaines scènes sont insoutenables, attention!), le film se termine d'ailleurs sur une faible lueur d'espoir qui nous laisse un peu déprimé.
Les acteurs réussissent à s'incarner dans cette ville et leur performance est réussie, Christina Hendricks est toujours aussi juste, mais c'est la performance de Iain de Caestecke qui m'a le plus surprise car il est bien loin de son rôle un peu comique Agents of Shield, et Saoirse Ronan m'a bouleversée, c'est le rôle que j'ai trouvé le plus beau finalement.
Finalement, Lost River aurait pu être un grand film, mais derrière cette image lêchée, ces décors oniriques, cette musique envoûtantes, qu'y a-t-il? Quelles est la morale finalement? Même si un film ne devrait pas forcément en avoir une, je me suis demandé ce que Ryan Gosling avait voulu nous dire.
Un film malgré tout prometteur par Ryan Gosling.

Et puis, grâce à Lost River, j'ai pu rencontrer Ryan Gosling, en chair, en os, en vrai de vrai, et tout en couinements, et l'écouter pendant une trentaine de minutes à quelques mètres de moi, et ce fut, trop, trop gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! Et oui, si vous vous posez la question, il est aussi beau en vrai! Surtout quand il sourit!
DSC06462

DSC06476

DSC06489

DSC06490

DSC06494